Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

recherche_outil_pedagogique Rechercher un outil pédagogique

Petit texte d’explication sur ce que cette recherche permet de trouver et à qui elle est destinée.

 
Document Actions

Eduquer aux choix

« La finalité de l'éducation au développement durable est de donner au futur citoyen les moyens de faire des choix en menant des raisonnements intégrant les questions complexes du développement durable qui lui permettront de prendre des décisions, d'agir de manière lucide et responsable, tant dans sa vie personnelle que dans la sphère publique. » Extrait de la Circulaire n°2011-186 du 24 octobre 2011 – Ministère de l’Éducation Nationale.

L’éducation au développement durable et à la solidarité internationale (EDD-SI) n’a pas pour ambition de fournir aux enfants et aux adolescents des solutions « clés en main » à tous les maux de la planète ! Elle vise plutôt à favoriser la construction de l’esprit critique des futurs citoyens

« L’UNECE - la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies - définit, dans la stratégie pour l’Education au Développement Durable qui a été signée à Vilnius en 2005 par tous les pays européens, le développement d’une société comme « un processus d’apprentissage continu qui explore des sujets et des choix difficiles, dans lequel les réponses et les solutions appropriées pourraient changer grâce à une plus grande expérience ».
Si le développement durable est « un processus d’apprentissage », alors l’apprentissage peut « croître » indéfiniment : l’éducation est l’un des éléments fondamentaux de ce processus et notre objectif est celui d’« apprendre à apprendre » de façon différente en changeant les schémas mentaux auxquels nous sommes habitués. Dans la construction d’un avenir durable, le parcours est le résultat ou il en fait partie tout du moins, car on ne peut pas réaliser de nouvelles façons de penser sans mettre en question les méthodologies et les relations par lesquelles on construit la pensée.
 » Michela Mayer – Publication Des Alpes au Sahel, page 29.

L’éducation au développement durable est naturellement ouverte à la dimension de solidarité internationale et nous permet de proposer à l’élève de se situer à partir d’une triple démarche : être informé, être conscient, être capable de faire des choix comme citoyen de la planète.

imgeleveinforme.jpg

Chacun de ces éléments peut se décliner de la façon suivante :

 

    • être informé : j’acquiers des connaissances à propos de la diversité des situations, des faits, des informations dans les domaines économique, environnemental et culturel. Je replace ces connaissances dans des échelles de temps (histoire), des échelles spatiales (du local au mondial en passant par le national), et des rapports de force et de pouvoir (politiques, financiers, de communication...). Je découvre également la diversité des acteurs qui sont mus par des objectifs, des points de vue et des valeurs différents.
    • être conscient : je comprends mieux les interdépendances entre les faits observés, la complexité des sociétés et des comportements, les enjeux (souvent identiques) en différents lieux de la planète, qu’ils soient collectifs ou individuels.
    • savoir choisir : je participe lucidement et librement aux décisions à prendre ensemble et/ou aux actions à mener en commun.

Une approche décisionnelle

Les différentes problématiques abordées en EDD-SI doivent permettre aux élèves d'aborder  la complexité, pour opérer des choix lucides et conscients. La compréhension du monde et de sa complexité n'est donc pas un objectif en soi, elle doit surtout permettre aux élèves de prendre position et de choisir quelle attitude adopter et quelles démarches mettre en œuvre pour participer à la construction de sociétés plus justes et plus humaines.
Cette approche, que l'on peut qualifier d'approche décisionnelle, doit amener les élèves à prendre position avant de s'engager et d'apprendre que toute décision, tout choix se base sur des connaissances, mais que les choix s'opèrent aussi malgré un certain champ d'incertitude. Le projet d'EDD-SI permettra l'apprentissage de la diversité, en amenant les élèves à prendre en compte la position de chacun et à exprimer leurs choix parmi les différentes positions annoncées (je suis d'accord, je suis d'accord en partie, je ne suis pas d'accord, etc.).

Exemple : Le projet "Prenons soin de la planète"
Organisé en France par l'association Monde Pluriel en partenariat avec le Rectorat de l'Académie de Grenoble
Pour en savoir plus : www.ac-grenoble.fr et www.mondepluriel.org

L’objectif principal de ce projet vise l’engagement des jeunes à « prendre soin de la planète », à travers l’éducation au développement durable, et la participation de ceux-ci à un ensemble de conférences internationales de jeunes. Il est une extension au plan mondial du projet « Vamos cuidar do Brasil » initié par le Ministère de l'éducation brésilien en 2003. Chacune des conférences a « produit » des documents illustrant cet engagement (charte des responsabilités élaborée à Brasilia, lettre ouverte aux décideurs écrite pendant la conférence européenne de Bruxelles), avec pour finalité la mission pour chacun des délégués de rapporter ces résolutions dans son territoire et de les faire vivre, notamment en les transmettant aux décideurs locaux.

Les étapes d'un projet :

1. CONSTRUCTION DE LA CONNAISSANCE

Le projet d'EDD-SI doit être vu comme un espace de construction de la connaissance par l'élève lui-même à partir de plusieurs sources. Cette connaissance se construit à partir de recherches, d'échanges avec d’autres personnes, de visites, d’observations et de comparaisons. Chacun des jeunes devient un chercheur, soutenu par une équipe pédagogique. Ces recherches sont menées sur des thèmes de société (par exemple, les transports). Il peut être intéressant de constituer des sous-groupes travaillant chacun sur une problématique de recherche liée au thème (la voiture peut-elle être écologique ? L'avion est-il le meilleur moyen de transport pour les trajets longue distance ? Les marchandises sont-elles transportées dans une logique de développement durable ?). Chaque sous-groupe devra trouver des informations montrant en quoi il est concerné par le sujet et comment celui-ci se traduit à plusieurs échelles (territoire, pays, dans les autres pays). Les programmes scolaires, les journaux, magazines, livres, Internet, les conversations en famille ou les entretiens avec des spécialistes, sont autant de sources disponibles. La recherche d’information permettra aux groupes d'élèves de cerner leur sujet et de répondre à leur problématique de départ.

2. Présentation des résultats

Une fois les enquêtes menées, un temps de présentation des différents sujets dans la classe permettra à chaque groupe de partager ses connaissances et questionnements avec les autres. Ces présentations peuvent prendre plusieurs formes : exposé, mini-conférence, exposition commentée, jeux, mini-scénettes, etc. A partir des différents travaux présentés par les élèves, les enseignants dégageront avec les élèves une ou plusieurs thématiques transversales sur lesquelles débattre. Cette phase permettra donc à la fois d'organiser ses idées, de produire des outils de communication pour les présenter aux autres élèves et de prendre la parole en public. Chemin faisant, l'élève construit sa pensée ou l'ajuste grâce aux retours des autres.

3. Mise en débat

L'organisation d'un débat en classe sur la thématique étudiée a plusieurs intérêts : elle permet de croiser les connaissances et points de vue, mais elle revêt également un intérêt pédagogique en soi. Le rôle de l'animateur du débat (l'enseignant ou un intervenant extérieur) est très important puisqu'il sera à la fois le garant de la distribution de la parole, du respect du cadre du débat (son objet) et de ses résultats. L'animation du débat devra être particulièrement dynamique pour inviter chacun à argumenter ses convictions.

Durant ces différentes phases, le rôle de l'enseignant se trouve modifié. Ici, il n'est plus « un expert » mais un médiateur entre deux savoirs en cours de construction, le savoir de l’expert et celui du citoyen. Il contribue à la construction de compétences critiques et récréatives.

« L’apprentissage est un phénomène complexe dont l’élément fondamental est la « relation », avec l’autre, avec l’expérience et avec le contexte. Construire des occasions, locales et transnationales, de relation et de communication significative veut dire construire des contextes permettant l’« écoute », la disponibilité à accueillir quelque chose qui est différent par rapport à nos habitudes, qui nous montre sous un autre regard et nous aide à changer. » Michela Mayer – Publication Des Alpes au Sahel, page 30.

4. Prise de position

L'intérêt du débat réside également dans le fait qu'il invite les participants à prendre position et à construire un argumentaire. En fin de séance, ou lors d'une séance suivante, une analyse du débat avec les élèves permettra une prise de conscience de ce que la position de chacun s'exprime de façon différente. Là où certains affirment leurs convictions et leurs choix personnels, d'autres justifient leurs choix, et d'autres encore donnent des arguments plus ou moins réfléchis et construits. Cette analyse pourra également permettre de différencier ce qui dans le débat était fondé sur des connaissances scientifiques stabilisées (ce qui a été prouvé scientifiquement), de ce qui est encore incertain (les hypothèses non encore "prouvées") ou relevant du ressenti. On pourra ainsi mettre en lumière les types d'arguments, d'éléments que le débat a générés : les termes du débat étaient-ils plutôt situés au niveau personnel (choix individuel) ou au niveau des tensions et des choix collectifs ? Et dans ce cas à quel niveau de société (famille, "communauté", pays, monde, etc.) ? Il permettra également de prendre conscience que les choix relèvent parfois de l’incertitude même des scientifiques, de la non stabilisation des connaissances.

Cet apprentissage de la nécessité de faire des choix, malgré l’incertitude qui pèse sur les données ou les résultats de tel phénomène, de telle action, de telle décision, politiques particulièrement, constitue une caractéristique de toute gouvernance. Ce doit donc être un axe de l’EDD-SI.

Attention
Certaines situations peuvent placer l'élève en situation de « conflit de loyauté » entre ses parents et les intervenants, entre ses camarades et son environnement familial. Les animateurs et enseignants seront particulièrement attentifs à de telles situations.

>> voir Rôle / sensibilité de l'élève