Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

recherche_outil_pedagogique Rechercher un outil pédagogique

Petit texte d’explication sur ce que cette recherche permet de trouver et à qui elle est destinée.

 

Une correspondance fructueuse entre écoles d’Isère et du Sénégal

  • Ecole élémentaire Albert Jail
  • Ecole maternelle
  • Tél : +33 (0) 4 76 88 83 02
  • 38700 - Sappey-en-Chartreuse
  • Etablissementscolaire

Partenaire(s)

  • Conseil général de l'Isère
  • Association d'anciens élèves de l'IUFM de Grenoble
  • Ecole de la communauté rurale de Koussan et son club de protection de la nature
  • Région de Tambacounda, partenaire de coopération décentralisée du Conseil général de l'Isère
  • Inspection d'académie de Tambacounda

Thème(s)

  • Protectiondelenvironnement

Niveau(x) d’enseignement

  • EcoleMaternelle
  • Ecoleprimaire

>> De la maternelle au CM2

Diciplines associées

  • voc_svt

>> Travail interdisciplinaire

Description du projet/action/activités

Ce projet local associe deux écoles de communes française et sénégalaise. Il s’inscrit dans la coopération décentralisée de plus vaste échelle associant le Conseil général de l’Isère et la Région de Tambacounda, à l’est du Sénégal. Cette coopération concerne tous les champs du développement local.

L’un des volets de cette coopération concerne au Sénégal la création d’une réserve naturelle communautaire de 120.000 ha autour de Koussan, à proximité d’une ancienne zone de chasse. Ce projet est porté par les communautés rurales locales et reçoit le soutien du Conseil général de l’Isère. Celui-ci l’a financé de manière originale sur affectation d’une partie de la taxe départementale sur les espaces naturels sensibles. 
Ce projet de quatre ans a débuté les trois premières années par un volet scientifique approfondi et se poursuit la quatrième année par un volet « développement local » associant la population de Koussan. Ce dernier volet traite particulièrement de l’éducation à l’environnement.

Sur ce dernier point, le Conseil général de l’Isère a contribué à la constitution d’un réseau de huit clubs de protection de la nature hébergés dans autant d’écoles élémentaires de la réserve naturelle. Ces écoles sont elles-mêmes en lien avec huit établissements d’enseignement isérois. Les relations ont reçu l’appui d’enseignants-stagiaires de l’IUFM de Grenoble qui ont travaillé dans les écoles sénégalaises. Ils ont facilité les échanges de vidéos, l’apport de courriers et ont appuyé enseignants et élèves en apportant des réponses à leurs questions.

Ainsi, l’école du Sappey-en-Chartreuse est entrée en partenariat avec l’école de Koussan, partenariat qui a débuté par la visite d’un enseignant de Koussan au Sappey. Il s’est poursuivi par une correspondance entre enseignants et élèves sur l’environnement. Une expérience qui a trouvé ses limites dans les difficultés d’acheminement du courrier de part et d’autre. Une volontaire de service international affectée au projet de réserve naturelle est venue témoigner dans l’école du Sappey. Une correspondance plus approfondie, d’élève à élève, s’est mise en place entre les enfants des deux écoles, avec l’appui des étudiants de l’IUFM. 
L’échange portait sur le cadre de vie immédiat des enfants, en France et au Sénégal. Les élèves ont envoyé à leurs correspondants des témoignages de leur mode de vie quotidien et de leur environnement naturel et social.

Valorisation

Le Conseil général de l’Isère valorise ce projet local d’école à école. Il est en effet une bonne illustration de sa politique de coopération associant les populations des deux territoires.

Nombre d'élèves, d'enseignants et personnels concernés / participants

>> 130 élèves et 5 enseignants (quatre en élémentaire, une en maternelle).

Durée du projet

>> 5 ans

Objectifs pédagogiques

Ce projet avait à l'origine pour seul objectif d'éduquer les élèves à l'environnement. Son cheminement l'a fait évoluer vers un objectif supplémentaire d'éducation à la solidarité internationale.

Effets produits

Le projet a eu pour effet immédiat de questionner les élèves de l’école du Sappey sur les notions de richesse et de pauvreté. La confrontation sur les habitats respectifs de cette commune de l’Isère où les habitants sont plutôt aisés et de la communauté rurale sénégalaise a eu pour effet d’interroger les élèves français sur leur propre mode de vie. 

A plus long terme, les enseignants espèrent que ce projet permettra de replacer l’éducation à l’environnement dans une vision plus globale, voire mondiale, en tout cas pour les plus âgés de leurs élèves. Cela est déjà un peu engagé mais ils souhaitent le développer.
Pour l’école toute entière, estiment-ils, il est toujours intéressant de développer un projet qui associe toutes les classes même si c’est souvent difficile.

Eléments qui relèvent le plus de l'EDDSI* *éducation au développement durable et à la solidarité internationale

L’entrée du projet était environnementale mais a pris une dimension de solidarité.
La correspondance scolaire a été l’élément déclencheur d’une réflexion sur la solidarité internationale chez les élèves du Sappey. Dans un premier temps, ils voulaient envoyer à leurs homologues sénégalais ce qui leur manquait : livres, matériel scolaire, consoles de jeux, etc. Dans un deuxième temps cependant, après avoir reçu les objets de correspondance des Sénégalais, ils ont pris conscience de l’originalité, voire de la « richesse », de certains objets produits par les élèves africains. 

Les enseignants se sont gardé d’orienter le projet vers l’assistance et ont gardé le cap d’un échange basé sur la connaissance réciproque.
L’un des atouts du projet réside dans le fait que tous les enseignants de l’école (élémentaire et maternelle) sont impliqués. Sa force réside enfin dans la stature et la garantie de pérennité apportées par le Conseil général de l’Isère.

Commentaires

Difficultés rencontrées

Les difficultés proviennent essentiellement des problèmes d’acheminement du courrier et de la rareté des contacts directs entre enseignants de Koussan et du Sappey.