Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

recherche_outil_pedagogique Rechercher un outil pédagogique

Petit texte d’explication sur ce que cette recherche permet de trouver et à qui elle est destinée.

 

Colombie : les communautés afro-colombiennes

Collège Pierre Dubois
  • 38170 - Seyssinet
  • Etablissementscolaire

Partenaire(s)

Ecole de la Paix

Thème(s)

  • Culture

Niveau(x) d’enseignement

  • College

>> Classes de 4e et 3e

Diciplines associées

  • voc_langues_vivantes

Description du projet/action/activités

Etape 1 : Visionnage du film de Daniel Vin, réalisateur du « Meilleur coin des Amériques » pour l’Ecole de la Paix, échanges des élèves avec lui.
Echanges avec Olivier Lagarde de l’Ecole de la Paix, ayant travaillé à des missions éducatives en Colombie ainsi qu’avec un colombien du CINEP, correspondant de l’association à Bogota.
Recherches sur internet pour la production de dossiers et l’exposition.
Vente d’objets artisanaux colombiens pour aider des jeunes du Choco dans leurs projets éducatifs.

Etape 2 : Travail en classe pour le montage d’un film franco-colombien financé par la vente des objets artisanaux, l’Ecole de la paix, la Région, le collège. Il s’agit d’un travail annuel. O. Lagarde nous a mis en relation avec Marie Combe, réalisatrice qui nous a filmés.
 

Production finale

  • Dossiers,
  • Exposition,
  • Film sur DVD.

Nombre d'élèves, d'enseignants et personnels concernés / participants

  • Environ 150 élèves en 2011-12 pour deux enseignants d’espagnol
  • 69 élèves et un enseignant d’espagnol en 2012-13 ( élèves déjà concernés l’année précédente)

Objectifs pédagogiques

  • Découvrir un pays hispanophone: la COLOMBIE; connaître des problématiques dans le Choco (déforestation, impact du conflit armé ),
  • Faire des recherches et présenter un dossier en langue espagnole,
  • monter une exposition,
  • Echanger en langue espagnole par le biais d’un film commun avec de jeunes colombiens de la ville de Rio Sucio du département du Choco,
  • Savoir se présenter oralement devant une caméra, parler d’un thème de notre vie quotidienne et avoir une petite réflexion,
  • Chanter en espagnol, émettre des idées pour un scénario, une bande son, des images.

Effets produits

Certains élèves de 3e de l’an passé ont souhaité poursuivre une action similaire au lycée, les 4e qui sont en 3e maintenant se sont bien investis et connaissaient déjà le contexte, ils ont été attentifs au nouveau projet de l’année qui s’inscrit dans la continuité, ils connaissaient O. Lagarde et nous n’avons pas perdu de temps pour démarrer le travail. La curiosité par rapport au film est très grande et par rapport aux jeunes colombiens (que vont-ils penser de nous, et eux, comment sont-ils, que vont-ils nous faire découvrir, etc.). Les élèves à l’aise en espagnol ont développé leurs capacités de communication, ceux en décrochage scolaire ont souhaité montrer une bonne image d’eux-mêmes et tenaient absolument à participer. Pour les 4e, il y a eu beaucoup du volontariat extrascolaire, et plus de réticences et d’inquiétudes par rapport à l’expression orale en espagnol mais tout le monde s’est impliqué sauf des élèves qui rejettent le collège.

Eléments qui relèvent le plus de l'EDDSI* *éducation au développement durable et à la solidarité internationale

La finalité de ces projets qui s’imbriquent les uns dans les autres permet non seulement la pratique de la langue espagnole mais aussi la découverte d’une autre culture, l’échange avec des personnes ayant un mode de vie très différent du nôtre, un début de réflexion sur notre identité individuelle et collective, sur les conséquences de nos comportements sur place et aussi très loin ( impact de notre consommation sur la déforestation par exemple ).Tout cela peut donner des idées aux élèves plus tard quant à leur orientation, leurs choix de vie, leurs intérêts, même si on ne peut pas le savoir actuellement ; de même, à l’autre bout de la planète.

Commentaires

Difficultés

Pour la mise en place de groupes de travail et d’organisation dans les groupes car beaucoup d’élèves ne sont pas autonomes et sont très exigeants sur la présence de l’enseignant qui se retrouve happé de tous les côtés. Quelques difficultés sur l’évaluation du temps car c’est une aventure et il y a des périodes où le projet demande vraiment beaucoup de travail de préparations et gestion. J’aurais eu du mal aussi avec la production d’un film s’il n’y avait pas eu l’Ecole de la Paix car l’association porte des projets de développement de l’Education et permet la mise en relation des partenaires.